Liens rapides
Info-agroenvironnement

Santé des sols
MAPAQ Centre de Référence en Agriculture et Agroalimentaire du québec (CRAAQ) Institut de recherche et de développement en agroenvironnement

Abonnez-vous!

  
1 de 10 sur 32

CIPRA - Centre Informatique de Prévision des Ravageurs en Agriculture - Guide des cultures  Documents

CIPRA est un logiciel convivial qui permet de visualiser les prévisions d'attaque d'insectes ou de maladies, l'incidence de désordres physiologiques de même que la phénologie de certaines cultures. En utilisant des modèles mathématiques alimentés par les données météorologiques en temps réel, CIPRA génère des graphiques permettant d’évaluer d’un coup d’oeil les indices de risques de certaines maladies, le développement de populations d’insectes et la croissance de cultures spécifiques.
Ce guide a été généré par le logiciel CIPRA et contient toute l’information trouvée dans le menu d’aide. Ainsi, il s’agit d’un guide en constante évolution qui sera mis à jour régulièrement avec les derniers modèles ajoutés dans CIPRA.
Ce document est également disponible sur le site d'Agriculture et Agroalimentaire Canada, en anglais et en français.

Plouffe, D., G. Bourgeois, N. Beaudry, G. Chouinard, D. Choquette
Agriculture et Agroalimentaire Canada
Publié le : 11 novembre 2014

Appliquez-vous des insecticides sur vos cultures? Utilisez-vous des semences traitées aux insecticides?  Documents

Feuillet d'information sur les moyens pour minimiser les impacts négatifs de certaines pratiques agricoles sur les abeilles et autres insectes pollinisateurs.

Nicolas Tremblay, CRSAD
MAPAQ, CRSAD
Publié le : 29 septembre 2014

Détection et répartition de la folle avoine et de la petite herbe à poux résistantes à des herbicides dans les régions du Saguenay- Lac St-Jean et de la Montérégie  Documents

Le CÉROM a démarré au printemps 2014 un projet de recherche visant à détecter de nouveaux cas de résistance et à estimer plus précisément la répartition de la folle avoine ayant développé de la résistance aux herbicides du groupe 1 (p. ex. ACHIEVE, PUMA) dans la région du Saguenay–Lac-Saint-Jean et de la petite herbe à poux ayant développé de la résistance aux herbicides du groupe 2 (p. ex. CLASSIC, PURSUIT) ou du groupe 9 (glyphosate) dans la région de la Montérégie.

CEROM
Publié le : 08 juillet 2014

PARTIE 2: STRATÉGIES DE PROTECTION DES OISEAUX CHAMPÊTRES EN RÉGION DOMINÉE PAR UNE AGRICULTURE INTENSIVE  Documents

(PARTIE II - PLAN D’ACTION) À court terme, les pratiques agricoles modernes contribuent à accentuer les déclins observés dans les populations d’oiseaux des milieux agricoles. Elles engendrent, à plus long terme, une problématique de conservation de ces populations qui résulte de la perte des habitats et de la réduction de la disponibilité des ressources alimentaires. Il est donc important de mettre en place rapidement des initiatives visant à développer et à implanter des mesures pour réduire les impacts négatifs de certaines pratiques agricoles sur la biodiversité aviaire. Le déclin des populations d'oiseaux associées au milieu agricole est l'un des principaux enjeux de conservation des oiseaux en Europe et en Amérique du Nord et représente une priorité pour notre organisme.

Stéphane Lamoureux et Catherine Dion
Regroupement Québec Oiseaux
Publié le : 22 août 2014

Perennial crops for food security - Proceedings of the FAO expert workshop, 28-30 August, 2013, Rome, Italy  Articles Web

Aujourd’hui, la plupart des pratiques agronomiques utilisées pour les cultures annuelles exigent une consommation excessive de ressources - eau, fertilisants minéraux, main d’œuvre -, émettent une quantité importante de CO2 et déséquilibrent les processus naturels. Pour leur part, les cultures pérennes sont plus rustiques, améliorent la structure des sols et la capacité de rétention en eau, contribuent à l’adaptation aux changements climatiques et favorisent la biodiversité et les fonctions écosystémiques.  L’atelier « Perennial crops for food security, FAO expert workshop », tenu à Rome en août 2013, avait pour but la dissémination des plus récents résultats de recherche dans ce domaine. Durant l’atelier, les lacunes ont été identifiées, de nouveaux partenariats ont été explorés, et des priorités ont été établies. Les articles de ce compte-rendu sont établis selon les trois thèmes de l’atelier : la génétique et la reproduction (état de l’art, lacunes et opportunités); les agroécosystèmes, l’écologie et la nutrition; les aspect politiques et économiques et la mise en œuvre.
 

FAO
Publié le : 01 octobre 2013

Agrosolutions Express, Juin 2014  Articles Web

Voici la plus récente édition du bulletin électronique mensuel de l’IRDA, l’Agrosolutions Express : Agrosolutions Express, vol. 5, no 6, juin 2014. Pour vous abonner, il suffit de cliquer sur ce lien : Abonnement à l’Agrosolutions Express.

IRDA
IRDA
Publié le : 26 juin 2014

Essais d’incorporation rapide des lisiers pour réduire les doses d’azote et les émissions de gaz à effet de serre  Documents

Cette fiche résume les résultats d’essais réalisés en 2012-2013 sur des entreprises agricoles de Chaudière-Appalaches afin d’évaluer si l’incorporation rapide des lisiers permet de réduire les doses d’engrais azotés dans le maïs. Dans les conditions de ces essais (sols avec des teneurs en matière organique généralement élevées et apports réguliers d’engrais de ferme), les apports d’azote minéral peuvent être considérablement rationalisés. Des économies à la ferme sont alors possibles, tout en réduisant les émissions de gaz à effet de serre et les risques de contamination des cours d’eau.

Marc-Olivier Gasser, Stéphane Martel et Marie-Hélène Perron
IRDA et Agrinova
Publié le : 17 juin 2014

Maïs sur retour de prairie : réduire la fertilisation azotée et les émissions de gaz à effet de serre  Documents

Fiche résumant les résultats d’essais réalisés en 2012-2013 sur quatorze entreprises agricoles de Chaudière-Appalaches. Ces résultats démontrent qu’il est avantageux de rationaliser les doses d’azote minéral apportées au maïs cultivé sur retour de prairie, notamment quand les sols ont une teneur en matière organique élevée et reçoivent régulièrement des engrais de ferme. Ajuster la fertilisation azotée du maïs cultivé dans de telles conditions peut apporter d’importantes économies à la ferme, ainsi qu’une réduction des émissions de gaz à effet de serre et des risques de contamination des cours d’eau.

Marc-Olivier Gasser, Marie-Hélène Perron, Stéphane Martel, Caroline Dufour-L'Arrivée et Louis Robert
IRDA et Agrinova
Publié le : 17 juin 2014

Sensibiliser les producteurs à réduire les apports d’engrais azotés dans la culture de maïs succédant une prairie  Documents

Résultats d’essais réalisés en 2012-2013 sur quatorze entreprises agricoles de Chaudière-Appalaches afin de vérifier s’il est possible de réduire les doses d’azote dans le maïs cultivé sur retour de prairie. Dans les conditions de ces essais (sols avec des teneurs en matière organique généralement élevées; apports réguliers d’engrais de ferme), les apports d’azote minéral peuvent être considérablement rationalisés dans le maïs sur retour de prairie.

Marc-Olivier Gasser, Stéphane Martel, Marie-Hélène Perron et Caroline Dufour-L'Arrivée
IRDA
Publié le : 17 juin 2014

Réduire les apports en azote et les émissions de GES en incorporant rapidement les lisiers en présemis des cultures annuelles.  Documents

Ce rapport présente les résultats d’essais à la ferme réalisés en 2012-2013 dans la région de Chaudière-Appalaches, afin d’évaluer la possibilité de réduire les doses d’azote dans le maïs grâce à l’incorporation rapide des lisiers. Compte tenu de l’absence de réponse du maïs aux apports d’azote minéral, il y aurait avantage à rationaliser la fertilisation azotée dans les conditions de ces essais (sols avec des teneurs en matière organique généralement élevées; apports réguliers d’engrais de ferme). Des économies à la ferme et des gains environnementaux importants sont alors possibles.

Marc-Olivier Gasser, Stéphane Martel, Marie-Hélène Perron et Caroline Dufour-L'Arrivée
Agrinova
Publié le : 17 juin 2014
1 de 10 sur 32