MAPAQ Centre de Référence en Agriculture et Agroalimentaire du québec (CRAAQ)

Abonnez-vous!

  
1 de 10 sur 10

Consommation et opportunités de développement des légumes exotiques au Québec   Articles Web

Sur le site de la Table filière des production maraîchères, vous pourrez consulter le rapport de la firme AGÉCO très attendu:  « Consommation et opportunités de développement des légumes exotiques au Québec ». Vous pourrez aussi consulter entre autres, 4 fiches techniques de légumes ethniques: patates douces, chou asiatique, zucchinis et aubergines.

Isabelle Charron, Groupe AGÉCO
Table filière des productions maraîchères
Publié le : 27 mai 2013

Irrigation et salubrité : le type de légume fait-il une différence?  Documents

Cette fiche synthèse présente les principaux résultats d'un projet de trois ans visant à déterminer l'impact de la culture sur la persistance d'E. coli.

Caroline Côté et Mylène Généreux
IRDA
Publié le : 24 novembre 2011

Nouvelle homologation : Fongicide PRESIDIO  Documents

Homologation du fongicide Presidio : POUR LA SUPPRESSION ET/OU LA RÉPRESSION DE CERTAINES MALADIES DANS LES LÉGUMES-FLEURS ET LES LÉGUMES POMMÉS DU GENRE BRASSICA, LES LÉGUMES-RACINES DU GENRE BRASSICA, LES CUCURBITACÉES, LES TOMATES, LES POIVRONS, LES RAISINS, LES LÉGUMESFEUILLES (SAUF CEUX DU GENRE BRASSICA), LES POMMES DE TERRE, ET LES PLANTES ORNEMENTALES D’EXTÉRIEUR (CHAMP ET EN POT)

ARLA
ARLA
Publié le : 25 mai 2011

L’ARLA a accordé une extension d’homologation pour : insecticide Rimon 10EC (novaluron)  Documents

Veuillez noter que, bien que ces usages soient homologués, l'étiquette de marché incluant ces nouveaux usages, n'est pas encore disponible. Des pourparlers sont en cours avec le fabricant pour régler ce contretemps.
Insecticide Rimon 10EC (novaluron) pour lutter contre :   1) la punaise terne dans la fraise; les résidus de novaluron dans/sur les fraises ne doivent pas excéder la limite maximale (LMR) fixée à 0.45 ppm   2) la fausse-arpenteuse du chou, la piéride du chou et la fausse-teigne des crucifères dans les tiges et feuilles pommées de Brassica du sous-groupe 5A (brocoli, brocoli chinois, choux de Bruxelles, choux, choux pé-tsaï, choux gaï-choi, choux-fleurs, chou brocoli et chou-rave); les résidus dans/sur ces légumes ne doivent pas excéder la limite maximale (LMR) fixée à 0.5 ppm   3) la fausse-arpenteuse du chou, la piéride du chou et la fausse-teigne des crucifères dans les légumes feuilles de Brassica du sous-groupe 5B (rapini, chou chinois (pak-choï), chou cavalier, chou frisé, Mizuna, feuilles de moutarde, moutarde épinard et feuilles de colza); les résidus dans/sur ces légumes ne doivent pas excéder la limite maximale (LMR) fixée à 25 ppm

ARLA
ARLA
Publié le : 05 mai 2010

Extensions d'homologation : fongicide traitement de semence Dynasty  Documents

L’ARLA a accordé des extensions d'homologarion du fongicide traitement de semence Dynasty pour la suppression de maladies transmises par la semence et le sol dans plusieurs groupes de culture:

  • Sous-groupes de culture 1A et 1B (excluant la betterave à sucre) des légumes-racines
    • les résidus dans/sur les légumes-racines ne doivent pas excéder la limite maximale (LMR) fixée à 0.5 ppm
  • Groupe de culture 3 des légumes-bulbes (pour détails des espèces: http://www.hc-sc.gc.ca/cps-spc/pest/part/protect-proteger/food-nourriture/rccg-gcpcr-fra.php#a3); les résidus dans/sur les légumes ne doivent pas excéder les limites maximales (LMR) fixées à
    • 7.5 ppm pour les cultures du sous-groupe 3-07B;
    • 1.0 ppm pour les cultures de sous-groupe 3-07A;
  • Groupe de culture 4 des légumes feuilles
    • les résidus dans/sur les légumes du groupe 4 ne doivent pas excéder la limite maximale (LMR) fixée à 30 ppm
  • Groupe de culture 5 des crucifères feuilles; les résidus dans/sur les légumes ne doivent pas excéder les limites maximales (LMR) fixées à
    • 3 ppm pour le sous-groupe 5A des tiges et feuilles pommées de crucifères
    • 25 ppm pour le sous-groupe 5B des feuilles libres de moutardes
  • Groupe de culture 8 des légumes fruits; les résidus dans/sur les légumes ne doivent pas excéder les limites maximales (LMR) fixées à
    • 0.4 ppm pour les cerises de terre
    • 0.2 ppm pour la tomate et à 0.6 ppm pour la tomate destinée à la transformation en la pâte de tomate
    • 2.0 ppm pour les autres cultures de ce groupe
  • Groupe de culture 9 des cucurbitacées; les résidus dans/sur les légumes ne doivent pas excéder les limites maximales (LMR) fixées à 0.5 ppm

ARLA
ARLA
Publié le : 22 mars 2010

Modification de la régie culturale pour réduire le développement des taches noires dans la culture du chou chinois  Articles Web

Fiche synthèse du projet PSIH04-2-6, réalisé dans le cadre du Programme de soutien à l'innovation horticole du MAPAQ, en collaboration avec Phytodata inc.

Caroline Thireau, Abdénour Boukhalfa
Publié le : 12 novembre 2007

Modification de la régie culturale pour réduire le développement des taches noires dans la culture du chou chinois  Documents

La superficie cultivée de chou chinois augmente au Québec à chaque année.  À tous les ans, le chou chinois est affecté à différents degrés par les taches noires.  Ce désordre physiologique engendre fréquemment des pertes élevées et peut entraîner la perte complète du champ lorsque la présence des taches nuit à la commercialisation. Le développement des taches se poursuit en entrepôt.  Cet essai démontre que les résultats varient d’un site à l’autre et que les parcelles sans azote ont présenté des taux de taches noires moins élevés à celles qui ont reçu des apports variables en azote.

Djamel Esselami M.Sc., agronome; Catherine Thireau, agronome; Abdénour Boukhalfa M.Sc., agronome; Phytodata inc.
Les journées horticoles de St-Rémi
Publié le : 24 janvier 2006

La hernie des crucifères - Stratégies de lutte  Documents

La hernie des crucifères est une maladie fongique qui sévit partout dans le monde. Elle a été identifiée pour la première fois en Europe au XIIIe siècle et constitue aujourd'hui la maladie la plus importante des crucifères. Le Québec et l'Ontario sont particulièrement touchés par cette maladie en raison de l'importance des cultures auxquelles elle s'attaque.   D'importants efforts de recherche ont été déployés pour réprimer la maladie. Ce feuillet technique présente l'état actuel des connaissances quant aux stratégies de luttes offertes aux producteurs de crucifères canadiens qui doivent faire face à la hernie.

Nicolas Tremblay, Ph.D., agr., Carl Bélec, B.Sc., Hélène Laurence, B.Sc. et Odile Carisse, Ph.D.
CRDH, Agriculture et Agroalimentaire Canada
Publié le : 29 novembre 2004

Nervation noire... Comment la prévenir?  Documents

En 1997, la culture des crucifères représentait respectivement, au Québec et en Ontario, 49 et 29% de la production canadienne. Malheureusement, comme la majorité des autres cultures maraîchères, les crucifères sont sujettes à différentes maladies. Les deux principales sont la hernie et la nervation noire. Sous des conditions climatiques propices, la nervation noire peut être la cause de pertes importantes. Lorsque la maladie se développe tôt dans la saison, les plants infectés sont souvent invendables et très sensibles aux pourritures molles causées par d'autres agents pathogènes soit en champ ou en entrepôt. Par contre, lors d'infection légère ou tardive, il est possible d'enlever les feuilles infectées au moment de la récolte. Dans cette situation, aucune perte de rendement n'est observée. Les épidémies de nervation noire sont sporadiques et la gravité des infections est liée aux conditions météorologiques un temps chaud et pluvieux favorise le développement de la maladie.

Odile Carisse, Ph.D., Élisabeth Wellman-Desbiens, M.Sc., Vicky Toussaint, M.Sc. et Thérèse Otis, agr.,
CRDH, Agriculture et Agroalimentaire Canada
Publié le : 29 novembre 2004

Production de chou chinois dans le sud de l'ontario  Articles Web

Plus d'une douzaine de légumes orientaux sont cultivés commercialement à petite échelle dans le sud de l'Ontario. Le chou chinois (Brassica rapa var. Pekinensis) figure parmi les plus importants. Celui-ci, aussi appelé pé-tsaï, a été le premier légume oriental du genre Brassica à être cultivé en Amérique du Nord. On l'utilise de plus en plus aujourd'hui dans la cuisine occidentale. Il a de grosses feuilles cloquées, des nervures médianes succulentes épaisses, un goût sucré et une texture croquante lorsqu'il est mangé cru. Quand il est cuit, son goût est un peu plus doux que celui du chou. Même s'il est traditionnellement recherché pour les marinades, les soupes et les sautés à la chinoise, il peut facilement remplacer le chou dans de nombreux plats occidentaux.

V. Shattuck - Département d'horticulture/Université de Guelph, Guelph; B. Shelp - Département d'horticulture/Université de Guelph, Guelph
OMAFRA
Publié le : 12 novembre 2004
1 de 10 sur 10